Lorsque les universités ajoutent de la culture pop à leurs programmes

Outre-Atlantique, la culture pop a acquis un certain degré de notoriété lui permettant d’être étudiée scientifiquement dans les universités. Beyonce, Harry Potter et les Simpson sont désormais inclus dans les matières à étudier.

Des icônes de la pop étudiée à l’université

Décidément, l’Amérique ne cessera jamais de nous surprendre. Récemment, certaines universités ont introduit des icônes de la pop dans leur programme afin de rendre ces derniers moins harassants pour la nouvelle génération.

C’est ainsi que la diva de la pop music – Beyonce – a fait son entrée à Harvard Business School. Le thème de l’étude : la stratégie marketing façon Beyonce.

Surfant sur la vague, l’Université du Texas ne va pas attendre pour lancer des études sur le côté féminisme de l’épouse du rappeur Jay-Z.

Pour ce qui est de la France, en l’occurrence en Sciences Po, elle s’est tournée vers le monde d’Harry Potter. Des points plus sensibles du film sont étudiés : la critique des élites et la vision future de l’éducation scolaire.

Aux USA, on a choisi de s’intéresser à la très atypique, mais aussi stéréotypée famille Simpson. L’Université de Californie à Berkeley fait figure de pionnier en examinant l’éthique sous le point de vue des Simpsons. Outre la famille Simpson, Star Trek a été également choisi par l’université de Georgetown pour traiter des sujets de l’ordre de la métaphysique.

En Caroline du Sud, ce sera Lady Gaga que les futurs sociologues étudieront dans le contexte de la célébrité. Les fans de Marvel Comics, quant à eux, ont déjà bénéficié d’un cours sur la modernité en 2015 à l’Université de Baltimore.

Mais la vague ne s’arrête pas à Beyonce ou Lady Gaga, Jay-Z (à Arlington au Texas), les Beatles (à Liverpool), Tolkien l’écrivain et ses œuvres à l’université Marquette ou encore le jeu Pokémon Go à l’université de l’Idaho.