Tariq Ramadan : suspendu de l’université d’Oxford

Tariq Ramadan est suspendu de son département

Tariq Ramadan est le professeur d’études islamiques contemporaines de l’université d’Oxford. En raison de deux accusations de viol contre lui du parquet de Paris, l’université lui a donné un sursis de dix jours. A l’issue de ce délai, le campus a décidé de suspendre Tariq Ramadan. L’université ne prend pas à la légère les accusations portées à l’égard du professeur, et a expliqué dans un communiqué qu’il faut suivre la procédure.

Après avoir entendu la nouvelle dans la presse, certains étudiants ont demandé une réunion avec les dirigeants de l’université. Ces étudiants n’ont eu leur réponse que huit jours après l’appel. Cette rencontre est censée rester confidentielle, mais cette anecdote a été divulguée sur le journal de l’université.

L’islamologue est accusé de viol en France et d’abus sexuel en Suisse

Le professeur Tariq Ramadan est accusé en France de viol, ainsi que d’abus sexuel sur des mineures en Suisse. Malgré la gravité des accusations, Oxford et les journalistes britanniques ont mis du temps à considérer l’affaire.

Contrairement à Michael Fallon, accusé d’avoir posé sa main sur un des genoux d’une journaliste, le ministre de la Défense britannique a été obligé de démissionner le 1er novembre. Mis à part la violence sexuelle, certains étudiants pensent que les Européens tentent de nuire aux musulmans brillants. Certains professeurs ont aussi demandé de protéger les jeunes musulmans dans leur croyance.

Le Qatar et le département islamologie ont une étroite relation

La chaire de théologie de l’université d’Oxford a été fondée après la rénovation du Saint Anthony’s College avec une contribution charitable de 2 millions de livres. Le bâtiment lui-même a été inauguré en 2009 par la cheikha Mozah, une des épouses de l’émir du Qatar.

De ce fait, le Saint Anthony’s College, que Taraq Ramadan a dirigé depuis sa création, est nommé suivant le nom de l’émir du Qatar de 1995 à 2013. Le Qatar et le département d’études islamiques sont en étroite relation et la cheikha Mozah semble prendre la défense de Taraq Ramadan, car elle a refusé de répondre aux questions concernant ce dernier.

La suspension de Taraq Ramadan ne signifie pas que l’université qualifie le professeur de coupable. Elle sert à donner du temps à l’accusé de préparer sa défense. D’autre part, la direction du campus tente de rassurer les étudiants selon l’université dans son communiqué du mardi 7 novembre.