Isabelle Boulay s’est mise avec l’Acquittator

Elle vient de très loin, ça on peut le dire, même s’il n’y a rien en comparaison avec le « loin » de Corneille. La canadienne sortie d’une dépression il y a quelques années semble reprendre totalement le contrôle de sa vie, elle a même trouvé l’amour.

 

Avec un ténor du barreau

« Je connais l’enfer de l’obscurité. Je suis remontée depuis et je n’ai aucune envie d’y retourner », avait-elle confié à Paris Match quelques années plus tôt. Des heures sombres qu’elle ne souhaite pas revivre puisqu’elle se doit aussi d’être présente pour son fils de neuf ans. Isabelle Boulay dit devoir son envie de vivre et sa force intérieure aux expériences qu’elle a apprises de la vie. « Mais j’ai une volonté de fer. (…) C’est une chose que j’ai apprise très tôt dans la vie. C’est probablement ma plus grande force. Même dans l’adversité, je fonce ».

Au bout de quelques années, le résultat est là. Elle est de nouveau sur pieds et aux bras d’un gentleman et ténor du barreau. Eric Dupond-Moretti. Un avocat compétent dont les exploits lui ont valu un sobriquet assez curieux : l’Acquittator, un fin jeu de mot avec le verbe acquitter et la langue espagnol. Aujourd’hui âgée de 44 ans, Isabelle Boulay est toujours entre deux avions, entre la France et le Canada.

 

Des points communs, un bon départ

Isabelle Boulay n’oublie pas de prendre son fils avec elle. Celui-ci occupe aussi une place de choix dans son envie de vivre désormais. Comme tous les jolies couples naissants, les deux tourtereaux se trouvent déjà des points communs. Un parmi tant d’autres surement, lorsqu’il est interrogé sur le nom de sa chanteuse préférée, l’avocat répond : « Reggiani ». Il s’avère que Reggiani est aussi la chanteuse préférée d’isabelle Boulay. Le nuage rose, pourvu qu’il dure.