Présidence du comité de soutien d’Arnaud Montebourg : Guy Bedos dément mais accepte

Ce lundi 02 Janvier, Arnaud Montebourg, candidat à la primaire de gauche a rendu public son organigramme. Sur la liste, on peut lire le nom de Guy Bedos mais quelques heures après, celui-ci dément, mais acceptant son poste.

 

Imbroglio entre le candidat et l’humoriste

C’est un organigramme pléthorique que le candidat de gauche a présenté hier. Sur sa liste figurent 80 personnes parmi lesquels des personnalités bien connues. A la tête du comité de soutien du candidat, on voit le nom de Guy Bedos. Mais suite l’annonce, le comédien a démenti l’information quelques heures après « On en a discuté, j’en ai plaisanté avec lui mais je ne veux pas avoir de rôle officiel en politique » a-t-il déclaré. Il continue « Je lui ai même dit que je serais président avant lui. Je vais voter pour lui, je le soutiens, mais je ne veux pas de rôle officiel en politique ». Néanmoins, l’artiste qui s’était rendu, mi-décembre, en Algérie avec le candidat a expliqué à RTL qu’il acceptait le rôle à lui confié car il « ne veut pas gêner » Arnaud Montebourg tout en soulignant qu’il « l’aime beaucoup ».

 

Plus qu’un meeting à Paris

Sur la liste de Arnaud Montebourg, on distingue également d’autres personnalités telles que Jean-Pierre Chevènement, Marie-Noëlle Lienemann qui avait annoncé sa candidature mais qui avait fini par renoncer, Pierre Dubreuil qui s’occupe du projet Nouvelle Europe, Jérôme Guedj, Emmanuel Maurel, Bertrand Vasnier, Mathieu Plane, Michel Debacq et bien d’autres. Arnaud Montebourg souligne qu’il ne lui reste plus qu’un seul meeting à tenir à Paris le 18 janvier prochain. « Les meetings, nous, on les a déjà faits, les salles sont combles depuis bientôt des mois » a-t-il affirmé. Toutefois, le candidat prévoit des déplacements surtout en Ile-de-France pour discuter des questions de sécurité et écologiques. Aussi prévoit-il au lendemain de chacun des trois débats prévus pour les 12, 15 et 19 prochains, des « retours sur le terrain, dans la rue certainement, au milieu des Français, pour obtenir leurs réactions ».