Publication de seins nus dans Closer : Kate Middleton et le prince William réclame 1,5 million d’euros

Le couple princier « choqué » a demandé  des sommes très importantes de dommages et intérêts au magazine people Closer en réparation de leur préjudice.

 

Une somme sans précédente

En effet, jamais dans son histoire le magazine Closer n’était confronté à payer de telle somme en guise de condamnations. Il y a eu par exemple les photos prétextant une liaison de François Hollande avec Julie Gayet, ou encore l’indemnisation de Florian Philippot pour les photos qui le mettez en scene avec un autre homme supposé hamosexuel et en couple avec le leader du Partie conservateur d’extreme droite.

 Mais dans chacun de ses affaires le magazine n’a jamais versé pas  plus de 20 000 euros. Seulement, avec le un demi-million d’euros de dommages et intérêts réclamé par la duchesse de Cambridge et son époux le prince William, les avocats du magazine ont été aussi « choqués » comme l’ont été les altesses à la publication des photos. Pour rappel, les photos volées du couple princier en vacances dans un château isolé en Provence a été publiée par Closer le 12 septembre 2012. Dans ces photos, on voyait Kate Middleton, seins nus au côté de son époux.  

 

Les sanctions

Alors pour atteinte à  l’intimité de la vie privée ou complicité, le procureur a cette fois ci demandé des amendes « très significatives » contre Laurence Pineau qui se trouve être la directrice de  rédaction de l’hebdomadaire, Ernesto Mauri, président du groupe Mondadori, propriétaire du titre à l’époque, et contre les deux photographes. En réponse, Me Paul Albert Iweins, un des avocats du magazine, dénonce « un raisonnement anglo-saxon de dommages et intérêts punitifs ».

De son côté, le quotidien La Provence, lui aussi, n’échappe pas à des sanctions puisque la publication de la photo  de la duchesse en maillot était aussi passible d’une punition selon Kate et William. Ils réclament 50000 euros au quotidien.

Le tribunal rendra son verdicts  le 4 juillet prochain.