Smaïn est en tournée avec « Je reviens me chercher »

Une histoire qui retrace une partie assez émouvante de la vie du comédien : la révélation de son adoption. Un retour à lui-même, une autobiographie courageuse qui met son être presque à nu devant le public, sa nouvelle famille d’adoption.

 

Adopté à l’âge de 3 ans

Une autobiographie qui raconte la vie de Smaïn. On y rencontre un homme qui ne connaît pas vraiment ses véritables parents. Comme il le mentionne lui-même, il est « né de parents inconnus, à Constantine, en Algérie ». Après deux ans passés dans un orphelinat, il va atterrir en France pour être pris en charge par une couple sans enfants. Les deux membres du couples ont déjà plus de 50 ans chacun à cette époque, c’était en 1960.

« De ce couple aimant, je reçois un précieux héritage de savoir-vivre que je transmettrai plus tard à mes enfants, notamment la règle d’or de toujours bien se couper les ongles ! ». L’existence avec ce couple n’a pas été de très longue durée puis qu’ils vont décéder alors qu’il n’a que 13 ans. Mais deux ans avant leur décès, la maîtresse de classe de Smaïn, sûrement dans un élan d’humanité, mais aussi à cause de l’instabilité de Smaïn va lui révéler ce qu’il semblait soupçonner lui-même : « Tu devrais être sage et bien travailler car tes parents ne sont pas tes vrais parents ! ».

 

Choqué, mais comédien quand même

La nouvelle a fortement secoué Smaïn qui, après le décès de ses parents adoptifs, est placé dans le foyer de Vaugirard. « J’en garde des souvenirs à la fois douloureux et positifs, symboles d’une véritable école de la vie… mais aussi d’une étrange colonie de vacances. C’est là que je me suis construit. Enfant de la résilience, j’ai dû inventer ma vie. Avoir embrassé une carrière d’artiste n’a rien d’anodin ». C’est donc sa vie que le comédien joue en tournée en France.