Football : Le piratage du compte de Samir Nasri révèle une histoire intrigante

Des piratages sur Twitter, à proprement parler ce n’est pas une information qui mérite vraiment que l’on s’y intéresse. Mais quand cela commence par mettre à jour ce qui pourrait s’apparenter à une histoire de dopage, il y a de quoi essayer de voir de plus près.


Des tweets compromettant
Un peu vers minuit, certains tweets ont commencés par fuser sur le compte du footballeur. Sur l’un d’eux, ont le voit aux côtés d’une jolie infirmière. Cette image suscitera d’ailleurs une petite brouille entre sa petite amie et lui. Mais ce qui prend maintenant une allure un peu dramatique, ce sont les soupçons de dopage qui pèsent sur Nasri.
Les tweets expliquent qu’en fait l’infirmière avec qui ont la voit sur la photo est une émissaire de Drip Doctors, une société, qui ferait prendre au sportif une injection, des doses de IV Drip, une substance considérée comme dopante. En effet, sur le site de la société, l’IV Drip y est décrite comme très riche en vitamines C et B, en lysine et en zinc ainsi qu’en certains nutriments. La prise de ce mélange aiderait le corps à combattre les virus en améliorant le système immunitaire.


Dans le collimateur de l’AMA
« Qu’un sportif se rende dans une clinique comme celle-là est déjà suspect. », a laissé entendre l’AEPSAD. L’AMA ne lésine pas à prendre les dispositions qui s’imposent quand les joueurs se laissent aller à des débordements en matière d’injections. Sa imite tolérable étant de 50 millilitres pour les produits autorisés, on se demande déjà si Samir Nasri n’est pas dans la zone rouge. Il faudra cependant confirmer tout ceci, ce qui laisse évidemment entendre qu’il se pourrait bien qu’une enquête soit mise sur pieds sous peu. Samir Nasri pourrait avec de gros problèmes.